Démission du juge Robertson

Communiqué

Le 5 juin 2017

 

FREDERICTON – Le chef de l’opposition, Blaine Higgs, affirme que le scandale de la taxe foncière du premier ministre s’est empiré avec la démission du juge Joseph Robertson. Le ministre de l’Environnement, Serge Rousselle, a annoncé lundi que le juge Robertson se retirait de l’examen du régime d’impôt foncier lors d’une conférence de presse.

« Le premier ministre était au courant depuis une semaine, mais la nouvelle n’a pas été diffusée  jusqu’à ce qu’il soit convenablement indisponible. Nous l’avons constaté à maintes reprises –  le premier ministre s’occupe des séances de photos et le ministre de l’Environnement s’occupe des basses œuvres ».

L’examen a été pris en main par la vérificatrice générale, Kim Macpherson, qui a les pouvoirs de la Loi sur les enquêtes pour contraindre des témoins et pour exiger la production de documents.

« La vérificatrice générale a le pouvoir d’obtenir des réponses, ce que le juge Robertson n’avait pas, mais il reste à voir si la participation du premier ministre dans le scandale d’impôt foncier fera partie de son examen », a ajouté M. Higgs.

Des preuves indiquant que le premier ministre aurait ordonné l’accélération d’un nouveau système d’évaluation sont devenues publiques après que le premier ministre Brian Gallant ait nié toute implication dans l’accélération du processus, ce qui a amené l’opposition à réclamer sa démission en raison d’avoir fait des déclarations non véridiques aux gens du Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement a également divulgué lundi des informations sur les appels en matière d’évaluations foncières. À ce jour, il y a eu 16 416 appels.

Le gouvernement n’a pas publié le nombre total d’erreurs constatées et n’a pas publicisé pleinement la date limite révisée des appels du 1er août.

  • 30 –