Déclaration au sujet de la commotion cérébrale du premier ministre Gallant

Le 13 juillet 2017

Notre compréhension globale des problèmes de santé mentale liés aux traumatismes crâniens continue d’évoluer. Le premier ministre a récemment annoncé que, le 3 mai, il a subi une commotion cérébrale et que les effets de cette blessure ont eu une incidence sur sa capacité à s’acquitter de ses fonctions. Je me joins à tous les Néo-Brunswickois en souhaitant au premier ministre un rétablissement complet.

Il y a des questions rationnelles et raisonnables qui doivent être répondues et c’est le devoir de l’opposition de les poser.

Le docteur Tom Bateman, politologue, a déclaré sur les ondes de CTV que « toute condition pouvant affecter l’exécution des responsabilités d’un(e) membre élu(e) devient pertinente. »

Nous sommes d’accord avec le Dr Bateman et c’est dans cet esprit que nous poserons des questions.

Le sous-ministre Stephen Horsman a déclaré aux médias qu’il ne savait rien de la commotion du premier ministre avant d’en avoir été interrogé le 11 juillet.

Le Règlement 82-238 en vertu de la Loi sur le Conseil exécutif intitulé « Règlement sur la désignation », permet au premier ministre, en raison d’une maladie ou d’une absence, de désigner un membre du Conseil exécutif pour le suppléer. Toute désignation en vertu de ce règlement doit être déposée auprès du Greffier du Conseil exécutif.

La question évidente est la suivante: une désignation a-t-elle été déposée et, si oui, qui a été désigné par le premier ministre?

Les utilisateurs des médias sociaux peuvent visiter la page Twitter du premier ministre, examiner l’historique et voir des changements notables dans son activité, en particulier à la fin juin et début juillet. Les questions qui s’imposent sont à savoir si le premier ministre était réellement en état d’incapacité à n’importe quel moment au cours des deux derniers mois et, si oui, en son absence, qui a dirigé la prise de décision du Cabinet.

Il est juste et raisonnable de demander une liste des décisions prises par le Cabinet au cours des deux derniers mois et, le cas échéant, en l’absence du premier ministre.

Pour terminer, je me joins à nouveau à tous les Néo-Brunswickois pour souhaiter au premier ministre Gallant un prompt rétablissement.

Blaine Higgs

-30-