Commentaire – Blaine Higgs

Victor Boudreau, ministre de la Santé, est le plus récent ministre du gouvernement Gallant pour tenter de transformer de la paille en or dans les éditoriaux. Le commentaire du ministre de samedi dernier chantant les louanges présumées des transferts en santé récents du gouvernement Trudeau a omis un grand montant de données factuelles.

Pour commencer, ce n’était pas une négociation, mais bien un texte remit au premier ministre Gallant pour rompre la solidarité des provinces.

Comme je l’ai déjà dit, le gouvernement Gallant a accepté la même formule de transferts que le gouvernement Harper avait mis en place lorsque les libéraux du ministre Boudreau formaient l’opposition. En 2013, en opposition, le ministre Boudreau ainsi que d’autres ministres actuels ont sévèrement critiqué la formule et ils ont affirmé que nous perdrions jusqu’à un  milliard de dollars pendant 10 ans avec la baisse des hausses annuelles de 6 % à 3 %.

Dans un communiqué de l’opposition libérale distribué le jour du poisson d’avril 2014, nous avons pu lire :

« Le gouvernement Gallant change le financement fédéral des soins de santé et ces changements nuiront considérablement au Nouveau-Brunswick, » a expliqué Donald Arsenault, le porte-parole en matière de Santé.

Le communiqué se poursuit :

« Certains ont calculé que ces changements exposeraient le Nouveau-Brunswick à des coûts pouvant atteindre 715 millions $ en transferts fédéraux provenant d’Ottawa au cours des prochains 10 ans, » a ajouté M. Arsenault. « C’est plus que le budget entier du réseau Vitalité. »

Qu’est-ce qui a changé entre le 1er avril 2014 et le 14 janvier 2017?

La couleur des partis politiques des gouvernements provincial et fédéral, notamment.

Les gens du Nouveau-Brunswick ont été témoins d’une formule qui a été dénoncée lorsqu’elle a été proposée par le gouvernement fédéral, pour ensuite par magie devenir une formule qui « répond aux besoins des familles néo-brunswickoises en partenariat avec le gouvernement Trudeau. »

Pire encore est le fait que les provinces ont collectivement rejeté une offre de la part du premier ministre Trudeau avec une formule qui permettait des transferts plus élevés.

Richard Saillant, l’économiste néo-brunswickois très respecté et directeur de l’Institute Donald J. Savoie à l’Université de Moncton, a décrit cette nouvelle entente en santé signée par le gouvernement Gallant comme étant une « coupe majeure ». M. Saillant a déclaré dans les médias qu’il « est très ironique que le premier ministre de la province avec la population la plus vieille et un taux de vieillissement le plus rapide soit le premier à rompre les rangs et accepter une énorme compression en financement des soins de la santé. » L’allusion de M. Saillant au bris de rang est un autre geste inquiétant du premier ministre. Est-ce que les autres chefs provinciaux seront motivés à venir en aide au Nouveau-Brunswick en ce qui a trait au projet d’Énergie Est après avoir été abandonnés par le premier ministre Gallant en acte d’obéissance et de loyauté envers Justin Trudeau et Dominic Leblanc? Cela semble peu probable.

C’est exactement ce genre de comportement hyperpartisan, où on fait passer la politique avant les citoyens, qui mène à un tel cynisme de la part des gens du Nouveau-Brunswick. Chaque jour, j’entends des gens qui sont tous du même avis – il faut que les choses changent. C’est pour cette raison que j’aimerais établir une vaste coalition de Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises de tous les horizons et affiliations politiques qui veulent réparer notre province de manière durable. Il est temps de mettre notre province d’abord et les politiques ensuite et j’ai besoin de votre aide. Je vous invite à vous joindre à moi.

Blaine Higgs

Chef du Parti PC